CORONATUS       Lux Noctis
Massacre Records (sortie: 21 septembre 2007)

Première impression: ce Lux Noctis ressemble fortement aux albums des débuts de NIGHTWISH. Quelques différences toutefois: la moitié des morceaux sont chantés en allemand (faut dire que nous avons ici une formation teutonne) et surtout, CORONATUS possède en son sein (!) deux chanteuses qui se partagent équitablement la tâche, une brune et une blonde. Un groupe de "Métal symphonique à chanteuses" de plus ? Oui, mais l'ensemble est très sympathique et bien exécuté, avec des mélodies accrocheuses comme sur My Rose Desire ou Hot & Cold. Et ce n'est que leur première réalisation, alors laissons leur le temps de se distinguer...Laurent

MINISTRY       The Last Sucker
13th Planet Records (sortie: 21 septembre 2007)

Al Jourgensen, leader de MINISTRY, a annoncé The Last Sucker comme le dernier album studio du groupe. Depuis quelques années, son travail en tant qu’artiste se confondait avec son engagement  en tant qu’individu dans la dénonciation des errements de la politique du président américain George W. Bush et de son administration. Aujourd’hui, alors même que le "Président de la Terre" s’apprête à quitter son poste, Jourgensen ressent le besoin de faire une pause et passer à autre chose. Mais c’est un trop bon camarade pour laisser son vieux pote Dubya (NdT: surnom de Bush aux Etats-Unis) s’en aller sans un cadeau de retraite.
Ce qui nous fera donc une trilogie: après Houses Of The Molé (2004) et Rio Grande Blood (2006), voici The Last Sucker (le dernier crétin, devinez qui est le crétin…).
"Cupidité… Pouvoir… Corruption…" voilà encore un gros pain dans la tronche des salopards qui voulaient diriger le monde et lui pomper jusqu’à son dernier dollar, mais pour nous, c’est du tout bon !
The Last Sucker est moins accessible que Rio Grande Blood au premier abord: il faut l’écouter une paire de fois pour commencer à apprécier la subtilité derrière l’ouragan sonique. Mais au bout du compte (et c’est là le miracle avec MINISTRY) chaque morceau grave sa propre marque dans votre cerveau, depuis la lourdeur de End Of Days jusqu’à l’hymne fondamental Punk/Hardcore Die In A Crash. A notre grand plaisir (on ne rigole pas tous les jours dans le Métal), Dubya et son âme damnée Dick Cheney font une apparition spéciale à leur corps défendant (Death And Destruction, The Dick Song). Burton C. Bell (FEAR FACTORY) s’est sans doute prêté au jeu de meilleure grâce sur Die In A Crash et End Of Days, tandis qu’on peut s’interroger sur ce que Jim Morrison aurait pensé de la version ultra speedée de Roadhouse Blues (personnellement, je trouve ça chouette !).
Cet album, le chant du cygne de MINISTRY, a été enregistré avec la participation de Tommy Victor (guitare) et Paul Raven (basse) de PRONG, qui avaient déjà travaillé avec Jourgensen sur Rio Grande Blood. Sin Quirin, guitariste de tournée des REVOLTING COCKS, a aussi pris part à la réalisation de The Last Sucker.
Malheureusement, alors que MINISTRY préparait le bouquet final de leur carrière sous la forme d’une tournée mondiale en 2008, le bassiste Paul Raven a été victime d’une crise cardiaque fatale le 20 octobre, à peine un mois après la sortie de l’album. Selon le communiqué de presse, il était à ce moment en Suisse où il travaillait sur le nouvel album du groupe français TREPONEM PAL.
Al Jourgensen affirme qu’il va maintenant se consacrer à son propre label 13th Planet Records. Il abandonne le micro pour s’installer derrière la console et laisse MINISTRY pour se consacrer à de nouvelles collaborations avec d’autres artistes. Dubya est presque parti, c’est vrai, mais qui parlera à la conscience de l’Amérique s’il nous laisse un clone à la Maison Blanche ? Le dernier crétin, vraiment ? "Cupidité… Pouvoir… Corruption…": il y a un tas de candidats à la succession à travers le monde.David

MAEDER       Maeder
Locomotive Records (sortie: 28 septembre 2007)

- Un groupe de rock + l'Australie + des frères + un nouvel album en 2007… euh, voyons, tu ne veux quand même pas dire… ?
- Non, je ne veux pas dire ! On parle des frères Maeder, Nic et Sebastian. Avec leurs acolytes Kit Riley à la basse et Travis Dragani à la batterie, ils arrivent chez nous sous le nom de… MAEDER avec un premier album On pourrait dire qu'ils manquent vraiment d'imagination et craindre que… et de fait, il faut admettre que les premiers accords de guitare de Never Last nous font craindre que nous nous trouvions en présence d'une nouvelle resucée du groupe des frères Young. Hé, attendez un peu: ça n'est pas aussi simple.
MAEDER nous propose un mélange intelligent de rock australien classique et de chant mélodique, et l'ensemble donne des morceaux accrocheurs avec un son bien gras garanti d'origine. La voix de Nic Maeder est plus mélodieuse que celle de Bon Scott ou Angry Anderson, mais assez éraillée pour nous rappeler que c'est bien du Hard rock. On pourrait dire que le tout sonne un peu comme AC/DC qui jouerait du GOTTHARD (et les deux frères ont passé une partie de leur vie en Suisse)… bon, peut-être bien, mais ça reste assurément très agréable à écouter.
MAEDER n'est pas le genre de groupe qui va bouleverser le paysage Métal de fond en comble, pourtant ce serait vraiment dommage de passer à côté de cet album et se priver ainsi du plaisir d'écouter ces douze morceaux sous le prétexte que le collier n'est fait que de perles au lieu de diamants.David

NIGHTWISH       Dark Passion Play
Nuclear Blast (sortie: 28 septembre 2007)

S'il y a un album qui était attendu, c'est bien celui-là ! Et même attendu au tournant, pour la raison que personne n'ignore, à savoir que le batteur Jukka Nevalainen a changé de marque de cymbales. Ah non, c'est pas ça... c'est bien sûr la nouvelle chanteuse, la suédoise Anette Olzon qui focalise toute l'attention.
La première écoute est évidemment déroutante, d'autant plus que Dark Passion Play débute par une "intro" épique de près de 14 minutes, The Poet And The Pendulum, où intervient déjà au chant Marco Hietala, toujours aussi excellent qu'avec son groupe TAROT et omniprésent sur le deuxième morceau, Bye Bye Beautiful, avec sa rythmique à la Wish I Had An Angel, et qui "rend hommage" à l'ancienne chanteuse (enfin, ça serait plutôt "règlement de comptes à O.K. Corral"). Et les titres s'enchaînent, encore plus symphoniques dans l'ensemble que sur Once, avec au passage le morceau le plus carton (Master Passion Greed), cette fois entièrement interprété par le bassiste. C'est bien la chanteuse qui est nouvelle ? Ah, une ballade, Eva, histoire de reprendre la main pendant deux ou trois titres, avec le très accrocheur Whoever Brings The Night, avant que n'arrive le quart d'heure Folk avec The Islander et Last Of The Wilds, dispensables. Eh oui, c'est toujours pareil, un album de treize titres, c'est deux ou trois de trop.
Bilan: mademoiselle Olzon est une très bonne vocaliste mais qui évolue dans un registre plus commun et moins chaleureux, alors avec la multitude de groupes à chanteuse, on peut dire qu'avant il y avait Tarja et les autres, maintenant il y a Anette parmi les autres. Après tout, les musiciens ne souhaitaient pas recruter un clone de miss Turunen. C'est donc réussi... comme suicide, bien que musicalement, NIGHTWISH reste largement au-dessus du lot de tous ses concurrents. Restera l'épreuve de la scène, où ses détracteurs (déjà ?!) ne manqueront pas de s'y rendre pour l'écouter reprendre les anciennes chansons. En tout cas, on ne peut que lui souhaiter bonne chance et surtout bon courage ! Mais n'a t-elle pas déjà eu le courage d'accepter cette mission... impossible ?...Laurent

SOUL DOCTOR       Blood Runs Cold
Metal Heaven (sortie: 28 septembre 2007)

Un superbe album de Hard US à la BON JOVI mais interprété par des urgentistes allemands, avec aux commandes le chanteur Tommy Heart qui officie aussi dans FAIR WARNING. Ce n'est pas leur meilleur mais tous les morceaux passent comme une lettre à la poste.Jean-Luc