NOISEBAZOOKA       Woolgathering Urban Antipodeans
Burnside Records (sortie: 19 décembre 2007)

Ah… ces groupes de Grind ! Ils ne se soucient jamais de nous, pauvres animateurs radio… Ainsi, NOISEBAZOOKA, un furieux duo autrichien, composé de Almir et Samir, est au sommet de la perversion. Voyez-vous ça: un album de 99 morceaux, qui durent de deux secondes à un peu plus d'une minute !!! Aaaaargh ! Impossible d'extraire un single pour les radios généralistes françaises ! Mais je pense que les deux parties ne seraient de toute façon pas intéressées.
Et maintenant, je vais vous citer tous les titres… Nan, j'déconne ! Jetons une oreille attentive à la musique, alors. Re-Aaaaargh ! C'est un déluge sonore qui vous transperce les tympans et une boîte à rythmes tournant à au moins 728 BPM qui vous grille les neurones ! Alors que je suis en train d'écrire cette chronique, on en est déjà à la piste n°37, qui est un remix d'un thème musical marrant des années 80 mais dont j'ai oublié le nom. Hé, j'écoute vraiment tout le CD ! Mais je dois faire une pause maintenant.
Un peu plus tard… Me revoilà et c'est toujours cru, incisif et bruyant. Mais ce n'est pas dû à des riffs impitoyables car il n'y a pas de riffs, rapport à la longueur des morceaux. De plus, les claviers et les samples utilisés ici font souvent sonner cet Acid Grind comme la plus enragée des musiques Techno, les hurlements en plus. Et cette heure de fureur se termine avec un morceau calme de dix (!) minutes. Enfin… d'un calme tout relatif, dans une ambiance froide et lugubre, où un fond sonore entêtant dissout sournoisement les restes de votre cerveau, tandis qu'un animal bizarre hurle à la lune. Ceci vous achève, si vous n'êtes pas encore mort.
S'il vous plait, est-ce qu'il y a quelqu'un dans le public pour venir me décoller du mur ?...Laurent