BLOOD STAIN CHILD       Mozaiq
Dockyard 1 (sortie: 20 juillet 2007)

Un virus semble avoir touché le "pays du soleil levant" ou alors c'est que nos amis japonais préparent une invasion massive de la Suède (prévoyez des anoraks, les gars !), puisque après LOST EDEN (voir notre chronique de mars 2007), voilà encore une formation nippone qui nous la joue "Death Metal mélodique à la IN FLAMES" et qui ne s'en cache pas, c'est déjà ça (mais comment faire autrement ?).
Bon, on pourrait passer rapidement sur le sujet mais consciencieux comme nous le sommes et écoutant les CDs jusqu'au bout (si si), il se trouve que sur le cinquième morceau, Pitch Black Room, première alerte: le ton change et là, ça ne va pas plaire aux plus sectaires des néo-métalleux. Mais alors, pas plaire du tout ! En effet, la surprise vient essentiellement des claviers qui transforment la musique en bande-son de jeu vidéo, tout en gardant quand même un côté bien agressif. C'est sûr, ça va cartonner chez eux !
Grâce à l'arrivée d'un deuxième vocaliste, les différents parties de chant clair deviennent plutôt originales par rapport à tout ce qu'on peut entendre ailleurs, avec aussi quelques interventions féminines, on ne peut donc pas leur reprocher ici de varier les plaisirs. On croit même avoir droit à une reprise de Be Running Up That Hill de Kate Bush mais c'est juste l'intro qui rappelle étrangement ce titre sur Innocence. On a frôlé l'incident diplomatique (et surtout le plagiat) de justesse ! Par contre, avec Peacemaker, vous allez faire exploser le vôtre… de pacemaker, toujours pour les raisons précédemment citées.
Habilement pris dans l'ambiance, la fin de l'album restant du même tonneau, on le dit ou pas qu'à partir de maintenant, on va aller s'éclater dans les boîtes branchées après l'émission ?...Laurent