JESUS ON EXTASY       Holy Beauty
Drakkar Records (sortie: 30 mars 2007)

Ah… un OVNI dans le paysage musical métallique ! Et pourtant, ça sort bien sur un label irréprochable. Mais laissez tomber vos préjugés concernant la musique électronique et suivons les traces de JESUS ON EXTASY, groupe allemand formé à Bochum par les frères Dorian et Chai Deveraux, qui est devenu un quatuor mixte depuis l'arrivée des charmantes Alicia (guitare, ex-PAIN) et Ophelia (synthétiseur, ex-RYA), et dont Holy Beauty est la première réalisation. Le décor est planté.
Bon, ça démarre quand même avec des grosses guitares sur Assassinate Me, même si l'on perçoit déjà ces rythmiques et ces claviers si particuliers, puis ça se poursuit plutôt New Wave (mais pas celle "Of British Heavy Metal") avec Nuclear Bitch et on atterrit directement sur la piste de danse avec Drowning. Arrive alors Neochrome, bien Indus' celui-là. Ouf ! On remouille ensuite les liquettes sous la boule à facettes sur 2nd Skin.
Vous êtes toujours là ? Pas sûr. La visite continue plus calmement avec Alone et Puppet (je sens que je le suis maintenant… seul) puis ça repart dans ce mélange Electro-New Wave, avec cette voix grave et nonchalante, propre au style… et ainsi de suite, avec une alternance des genres précités, pour terminer avec un remix du morceau d'ouverture, manufacturé par les pionniers KMFDM.
Mais attention, ne nous méprenons pas: il y a des guitares. Des claviers aussi, mais il y a des guitares. Après, c'est vous qui voyez. Si vous voulez par exemple vous offrir une petite parenthèse festive ou initier en douceur votre nouvelle copine, rencontrée dans une discothèque (!), au côté obscur de la musique, voilà le genre de bon disque qui fera l'affaire à coup sûr.Laurent