MINISTRY       The Last Sucker
13th Planet Records (sortie: 21 septembre 2007)

Al Jourgensen, leader de MINISTRY, a annoncé The Last Sucker comme le dernier album studio du groupe. Depuis quelques années, son travail en tant qu’artiste se confondait avec son engagement  en tant qu’individu dans la dénonciation des errements de la politique du président américain George W. Bush et de son administration. Aujourd’hui, alors même que le "Président de la Terre" s’apprête à quitter son poste, Jourgensen ressent le besoin de faire une pause et passer à autre chose. Mais c’est un trop bon camarade pour laisser son vieux pote Dubya (NdT: surnom de Bush aux Etats-Unis) s’en aller sans un cadeau de retraite.
Ce qui nous fera donc une trilogie: après Houses Of The Molé (2004) et Rio Grande Blood (2006), voici The Last Sucker (le dernier crétin, devinez qui est le crétin…).
"Cupidité… Pouvoir… Corruption…" voilà encore un gros pain dans la tronche des salopards qui voulaient diriger le monde et lui pomper jusqu’à son dernier dollar, mais pour nous, c’est du tout bon !
The Last Sucker est moins accessible que Rio Grande Blood au premier abord: il faut l’écouter une paire de fois pour commencer à apprécier la subtilité derrière l’ouragan sonique. Mais au bout du compte (et c’est là le miracle avec MINISTRY) chaque morceau grave sa propre marque dans votre cerveau, depuis la lourdeur de End Of Days jusqu’à l’hymne fondamental Punk/Hardcore Die In A Crash. A notre grand plaisir (on ne rigole pas tous les jours dans le Métal), Dubya et son âme damnée Dick Cheney font une apparition spéciale à leur corps défendant (Death And Destruction, The Dick Song). Burton C. Bell (FEAR FACTORY) s’est sans doute prêté au jeu de meilleure grâce sur Die In A Crash et End Of Days, tandis qu’on peut s’interroger sur ce que Jim Morrison aurait pensé de la version ultra speedée de Roadhouse Blues (personnellement, je trouve ça chouette !).
Cet album, le chant du cygne de MINISTRY, a été enregistré avec la participation de Tommy Victor (guitare) et Paul Raven (basse) de PRONG, qui avaient déjà travaillé avec Jourgensen sur Rio Grande Blood. Sin Quirin, guitariste de tournée des REVOLTING COCKS, a aussi pris part à la réalisation de The Last Sucker.
Malheureusement, alors que MINISTRY préparait le bouquet final de leur carrière sous la forme d’une tournée mondiale en 2008, le bassiste Paul Raven a été victime d’une crise cardiaque fatale le 20 octobre, à peine un mois après la sortie de l’album. Selon le communiqué de presse, il était à ce moment en Suisse où il travaillait sur le nouvel album du groupe français TREPONEM PAL.
Al Jourgensen affirme qu’il va maintenant se consacrer à son propre label 13th Planet Records. Il abandonne le micro pour s’installer derrière la console et laisse MINISTRY pour se consacrer à de nouvelles collaborations avec d’autres artistes. Dubya est presque parti, c’est vrai, mais qui parlera à la conscience de l’Amérique s’il nous laisse un clone à la Maison Blanche ? Le dernier crétin, vraiment ? "Cupidité… Pouvoir… Corruption…": il y a un tas de candidats à la succession à travers le monde.David